article

16 décembre 2012 - 08:16

Face au refus de redécoupage des limites administratives par la Fédération française de football, les membres du collectif de la rive droite renforcent leur attaque. Ils n’iront pas jouer en Haute-Loire et se lancent dans un recours auprès du tribunal administratif.



Après des années passées sur le terrain à convaincre le monde du football de la nécessité de laisser 14 clubs de football de la rive droite du Lignon de jouer avec le district de la Loire, est venue l’heure de la douche froide pour le Collectif des 14, mené par Eric Pradier. Pour lui comme pour tous ceux qui pensaient la partie remportée, la décision votée lors de l’assemblée fédérale de la Fédération française de foot, samedi au matin est une grosse surprise. « J’ai suivi l’assemblée en direct sur internet, et en moins de 30 minutes notre affaire était pliée. La présentation qui a été faite de notre situation était tronquée. Je n’ai jamais rencontré le représentant qui a fait cette présentation, mais il a montré aux électeurs  une carte de la Haute-Loire, à simplement localisé le Lignon et la Loire. C’est idiot. Comment voulez-vous que la ligue de Saint-Pierre-et-Miquelon se fasse une idée de ce qui se passe chez nous en regardant une carte. Ils ne connaissent pas notre bassin de vie. Au Puy, les gens connaissent déjà à peine Saint-Didier-en-Velay… ».
Remonté, Eric Pradier, n’en revient pas quand il constate que près de 80% des électeurs ont voté contre ce rattachement des clubs du Collectif des 14 à la ligue de la Loire, alors même qu’ils avaient réussi à rallier à leur cause des soutiens influents. Parmi ceux-ci, on compte les maires de leurs communes respectives, René Montagnier (président  du district de football de la Loire), le comité exécutif de la fédération française, Roland Romeyer (ancien président du club de Pont-Salomon dans les années 80), ainsi que Willy Sagnol.  En juin dernier, le comité national olympique et sportif français avait même rendu un avis consultatif leur étant favorable. Sauf que, comme dans tout combat, une partie adverse était composée, menée par Raymond Fournel, le président du district de la Haute-Loire.
Désormais, face à ce nouveau refus de redécoupage des limites administratives, les membres du Collectif de la rive droite menacent de démissionner. Ils ont d’ores et déjà prévu un recours auprès du tribunal administratif. « Nous allons en partie jouer sur le fait que si nous n’avons plus le droit de jouer dans la Loire, pourquoi l’équipe de Coucouron, en Ardèche, et celle de Langogne, en Isère, jouent en Haute-Loire ? Nos actions vont aller crescendo. Nous n’irons jamais jouer en Haute-Loire. Cela fait déjà deux saisons que l’on boycott la coupe de la Haute-Loire. Vendredi prochain, nous devrions nous réunir en assemblée générale extraordinaire pour parler de tout cela et préparer l’avenir. » 
Retrouvez l'intégralité de cet article dans La Gazette de la Haute-Loire en kiosques dès jeudi 20 décembre.

Commentaires

Staff
pierre Grosjean
pierre Grosjean 20 décembre 2012 22:07

ce n'est pas que les 14 clubs mentionnés qui sont impactés mais également les clubs de villages du pilat qui verront leurs déplacement complètement modifiés. cela ressemble à une condamnation à moyen terme du football dans ces zones géographiques.

[Sujet supprimé] et 2 autres plus de 2 ans
Aurelien Chalmandrier est devenu membre plus de 3 ans
Julio Custodio est devenu membre plus de 3 ans
sommeil plus de 5 ans
pour vous faire peur plus de 5 ans
article plus de 5 ans
resumé plus de 5 ans
convoc plus de 5 ans
match et classement buteur plus de 5 ans
resumé plus de 5 ans
anthony malek et convoc plus de 5 ans
resultat plus de 5 ans
convoc plus de 5 ans
match plus de 5 ans
sanction et 2 autres plus de 5 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Joueur
  • 3 Supporters